Autobrasseur : comment vous équiper ?

Vous voulez découvrir le brassage amateur ? Vous souhaitez brasser vous-même votre bière ? Pour devenir un brasseur amateur, vous devez disposer du matériel nécessaire pour réaliser votre propre bière. Oubliez l’idée que les équipements d’un autobrasseur sont encombrants et inaccessibles pour les particuliers. Ce n’est pas vrai. Faisons un tour d’horizon de tout ce dont vous avez besoin pour brasser une bonne bière.

Autobrasseur : quels sont les équipements indispensables ?

L’autobrassage requiert une liste d’équipements indispensables. Deux options s’offrent à vous pour vous en procurer facilement et à moindre prix. La première option, qui est la plus pratique pour débuter, est de s’équiper d’un kit à bière auprès d’un fournisseur de votre choix. La deuxième option est d’investir dans du matériel d’occasion. En effet, il est fréquent de voir des autobrasseurs se débarrasser de leur ancien matériel pour en avoir un nouveau plus sophistiqué et plus performant.

Dans les deux cas, voici les équipements essentiels dont vous avez besoin.

Une balance

Avant de commencer la préparation, vous aurez besoin d’une balance pour peser la quantité suffisante de malt. Il est préférable de choisir une balance qui peut peser jusqu’à 5 kg de produits. C’est plus pratique et cela vous évite de faire des va-et-vient.

bière artisanale

Une moulinette

Pour le concassage, vous devez faire passer le malt dans une moulinette. Vous trouverez facilement un moulin à café auprès d’une brocante. Équipez-vous également d’une pelle à malt pour faciliter les transferts.

Un désinfectant

Afin d’obtenir une bonne bière, il faudra désinfecter l’ensemble de votre matériel. Un équipement sale peut en effet affecter le goût de votre préparation.

Une cuve de brassage

Plusieurs choix s’offrent à vous. Vous pouvez par exemple opter pour une simple marmite ou une cuve de type fait-tout. Pas besoin d’acheter un nouveau modèle ! Votre matériel de cuisine fera très bien l’affaire. Cela dit, vous aurez quelques soucis si vous ne disposez pas d’un robinet qui permet de soutirer en pied de cuve. La solution ? Prévoyez une chaussette spécifique pour filtrer une petite quantité de malt.

Autre alternative : une cuve de brassage électrique d’une capacité de 30 litres. En optant pour cet équipement, vous obtenez une montée en température optimale et rapide. Le cube est équipé d’un thermostat qui sert à stabiliser la chauffe ainsi que d’un robinet. Ce dernier permet de soutirer en pied de cuve.

Un fourquet

Le fourquet permet de brasser la bière régulièrement. Tous les professionnels en utilisent. À défaut, une grande cuillère convient également. Idéalement, procurez-vous un fourquet afin d‘homogénéiser la température et de permettre à l’eau de pénétrer dans le malt. Le choix est large :

  • fourquet en plastique,
  • fourquet en inox,
  • fourquet en bois…

Un thermomètre

Il faut contrôler la température de votre brassin. Durant l’empâtage en effet, les enzymes des céréales se libèrent à des paliers de température bien précis pour des durées bien précises elles aussi. De ce fait, prévoyez un thermomètre tout au long du brassage de bière.

Sur le marché actuel, il existe plusieurs types de thermomètres :

  • les thermomètres digitaux,
  • les thermomètres fixes ou filaires,
  • les thermomètres en verre.

Grâce à l’évolution de la technologie, vous pouvez également avoir des thermomètres à aimanter sur la cuve ou à fixer à l’aide d’une pince.

Un test de Lugol

Pour tester la transformation de l’amidon, équipez-vous d’un test de Lugol. Vous pouvez vous procurer du Lugol facilement auprès de nombreux sites de vente de matériels de brassage.

Une chaussette de filtration ou une cuve de filtration

La séparation des restes des céréales ou des drêches et du liquide contenant les sucres vient après l’empâtage. La chaussette de filtration s’impose donc comme l’option la plus économique. Il suffit de placer les céréales dans la chaussette et de retirer le tout après. Le hic avec l’utilisation d’une chaussette de filtration est que vous obtenez des rendements moins bons.

L’autre alternative consiste à investir dans une cuve de filtration en plastique de 30 litres comportant un robinet. C’est le plus pertinent pour filtrer la préparation. De cette façon, vous avez le même principe que celui avec un seau utilisé dans la fermentation. Afin de filtrer le moût, vous pouvez disposer un support métallique ainsi qu’une plaque filtrante dans le fond. Le but de cette technique est d’empêcher que le gâteau de drêche ne bouche le robinet.

Des fermenteurs

Pour ensemencer votre moût avec les levures, vous aurez besoin :

  • d’un petit récipient (tel qu’une bouteille de labo) pour préparer les levures,
  • de dames Jeanne pour l’ensemencement,
  • d’un barboteur.

N’oubliez pas les bouteilles vides pour mettre la bière à la fin de la préparation.

matériel brasseur

Autobrasseur : comment brasser votre bière ?

Le brassage de bière se fait par étapes successives.

Étape 1 : la préparation des ingrédients

Outre le matériel, munissez-vous des ingrédients nécessaires pour brasser votre bière faite maison. Vous aurez notamment besoin de malt, qui peut être de l’orge ou du blé que le malteur va tremper puis sécher. Du houblon sera également nécessaire pour amériser et parfumer la bière. N’oubliez pas la levure et l’eau qui sont très utiles dans la préparation.

Étape 2 : le concassage

Une fois les ingrédients et les équipements réunis, vous pouvez commencer le brassage. Pour ce faire, concassez les céréales afin d’obtenir une mouture et d’avoir accès aux sucres.

Étape 3 : l’empâtage et le brassage

Liquéfiez les sucres en ajoutant de l’eau chaude. Brassez régulièrement jusqu’à l’obtention de la maische.

Étape 4 : la filtration

Une fois l’eau et le malt mélangés, procédez à la filtration. Le but est de séparer les drêches et le moût. Ce dernier constitue le jus de céréales.

Étape 5 : l’ajout du houblon

Grâce au houblon, faites bouillir le jus pour donner un goût amer et parfumer votre bière.

Étape 6 : le refroidissement du moût

Refroidissez le jus sucré. Veillez à ce que la bière ne soit pas contaminée par des bactéries ou des microbes venant de l’extérieur.

Étape 7 : la fermentation

Ajoutez le moût dans les levures dans une température ambiante. La fermentation dure plusieurs semaines, avec un minimum de 2 semaines.

Étape 8 : l’embouteillement

Une fois la fermentation achevée, mettez votre bière dans les bouteilles. Idéalement, ajoutez un peu de sucre pour que la bière soit plus pétillante.

Attention ! L’abus d’alcool est dangereux. Consommez avec modération.

Tag Post :

Partager ce :

Découvrez comment progresser dans votre carrière, comment les entrepreneurs innovent, et obtenez des conseils sur le leadership de la part des personnes au sommet.

Copyright © 2022 | Tous droits réservés.